Vinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo SliderVinaora Nivo Slider

Les pompiers de Sion recrutent

 

Pour toutes demandes d'information ou d'inscription, merci de contacter directement le service du feu (027 324 15 62).

 

 

 affiche_recrutement_02.jpg

 

 

Cours OFAC au SSA Genève (6 et 8 mai 2008)

Le traditionnel cours OFAC se déroule, cette année,  sur le tarmac de l'aéroport international de Genève - Cointrin. Durant ces 2 journées, 12 sapeurs-pompiers (de l'aéroport et de la ville) se déplacent en terres genevoises. La première volée est composée de Jean-Luc Fournier, Didier Morand, Philipe Proz, Raphaël Ecabert, Tony Mayor et Steve Vaquin. Jeudi suivront Olivier Pfefferlé, Carlos Surocca, Charly Broccard, Eugène Métrailler, Eric Vuyet et Steve Riquen. Le rendez-vous est donné à 6h30 au local et c'est en Toyota que le déplacement est effectué.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après les habituels bouchons aux alentours de Morges, une halte café au restoroute de La Côte, l'équipe arrive devant le portique de l'aéroport où a lieu un contrôle très sommaire de nos identités (Le sourire valaisan a fait fondre Mme Protectas et on aurait pu faire entrer dans l'enceinte un véritable arsenal).  Le Capitaine Jean-Claude Bitz et le Caporal David Sermier sont là pour nous accueillir. La matinée débute par une "passionnante" théorie sur la technique de vol. Heureusement que les exercices pratiques viennent nous sortir de notre torpeur. Il est temps de passer aux "choses sérieuses" et d'endosser notre équipement. Pour l'occasion, les sapeurs de l'aéroport étrennent leur nouvelle tenue feu: veste courte et pantalon feu assorti; le résultat est superbe. Les 2 soldats de la ville ne sont pas en reste et eux aussi recoivent (en prêt, je vous rassure...) un pantalon feu (Trop beau!!! Quel confort et sécurité! J'en veux un pour Noël...). Il faut également endosser l'ARI qui nous suivra durant tous les exercices avec comme thème: la recherche de victimes dans une cabine enfumée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

David Sermier nous instruit premièrement sur le système d'ouverture des portes qui peut vite devenir compliqué. Chaque type d'appareil a un dispositif différent, il faut faire attention au tobbogan qui peuvent s'ouvrir, à la pressurisation de la cabine, etc. Il nous explique également la procédure de recherche dans l'habitacle: D'abord il faut contrôler les casiers à bagages (avec la panique des passagers peuvent s'y réfugier), ensuite scan des sièges et pour finir fouille des espaces sous les sièges. Tout cela de manière systématique et avec les mains (les pieds ne sont pas assez "sensibles"). Lorsqu'une travée est fouillée, on rabat les sièges pour signaler que la rangée a été scannée. Il ne faut pas oublier les toilettes, les galets (coins cuisines).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La démonstration terminée, il est temps de mettre en fonction les appareils. Les équipes se forment, le chef d'intervention reçoit sa mission, le camion vient se mettre en position à la tête de l'avion. Les lances latérales sont déployées et la pénétration va pouvoir commencer, tout cela sous le regard expert du capitaine Bitz et de sa caméra thermique. Pour accéder à la porte de l'avion d'exercice, on emprunte un escalier roulant. Première opération, au moyen de lance, tester la température de la porte... aucune vapeur, OK, la porte n'est pas chaude, pas de feu derrière la porte. Un sapeur ouvre la porte. Dans le temps, ce travail se faisait arrosé par une lance; nouvelle procédure, maintenant, on ne gicle/protège plus le soldat du feu. Un homme mouillé est un homme inutile, car avec la chaleur, l'eau va se transformer en vapeur et cuire les chaires. La porte s'écarte et la fumée s'échappe de l'habitacle. Normalement, le premier geste serait de refroidir les fumées contenues dans la cellule à l'aide de la lance en mode "bâton", mais pour préserver l'intérieur de l'avion nous évitons de le faire. La progression débute. Le binôme, avec la lance, s'avance dans la carlingue en fouillant méthodiquement. Le travail est rude et fatiguant. Il fait chaud, la fumée est opaque (impossible de voir à plus de 30cm), le milieu est hostile, les sièges sont dans tous les sens, les tablettes sont déployées, la lance se bloque entre les sièges, mais la 1ère victime est trouvée. Le mannequin est évacué et les équipes se relaient. Le travail continue. Arrivés à la hauteur des sorties de secours, les pompiers ouvrent ces fenêtres pour permettre la ventilation de l'habitacle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un à un, les blessés sont sortis de l'avion et il ne reste plus qu'à atteindre le fond de la machine pour ouvrir les portes arrières. Depuis, là, au moyen de la lance, on  pratique une ventilation "inverse" (effet venturi).  L'instructeur signale la fin de l'exercice et tout le monde se retrouve pour le debriefing. On lit sur les visages des participants la fatigue et l'effort engagé pendant l'intervention, mais  la possibilité de s'entraîner sur un objectif réaliste (et non, la carcasse de Sion) motive les troupes et tous sont prêts à recommencer. Les exercices s'enchaînent toute la matinée et la pause est la bienvenue.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour digérer, le caporal David Sermier nous organise une série d'exercice pour s'entraîner aux techniques de base d'intervention sur un jet: feu de réacteur, feu et échauffement de train d'atterrissage. Sur le coup des 15h, on stoppe les activités, c'est l'heure du repli et de remettre en ordre les ARI.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette tâche effectuée, David nous propose de nous faire visiter la caserne et les véhicules du SSA. Les camions grandes puissances (pantère) sont impressionnants. Avec leurs 12'000 litres d'eau et les 1000 chevaux sous le capot, ces camions constituent le fer de lance d'une intervention sur un jet. Les activités sur le tarmac se diversifient et un camion, ainsi qu'une berse sont destinés aux interventions chimiques. De plus "petits" camions sont utilisés pour les interventions sur les bâtiments de l'aéroport ou en ville de Genève. 2 ambulances sont aussi disponibles et interviennent fréquemment. Le dernier véhicule est le "transport d'eau". Avec une capacité de presque 30'000 litres, il est destiné à faire un tapis de mousse sur la piste. De tels moyens font "rêver" les pompiers sédunois. La visite se termine sur la terrasse où les soldats du feu partagent le verre de l'amitié tout en racontant leurs aventures et expériences. Il est temps de partir, encore 2 heures de routes sont nécessaires pour revenir à Sion. On remercie chaleureusement nos 2 instructeurs et cap vers le Valais!

 

Un merci tout particulier à Jean-Claude et David pour leur accueil et la superbe journée qu'ils nous ont fait vivre! 

 

 

 

Cours cantonal: accidents dus au trafic

Ce cours cantonal est le premier qui réunit les pompiers du Valais Central et du Bas-Valais. Du mercredi 12 au vendredi 15 mars, une cinquantaine de pompiers des CSI A et B de tout le Valais se sont réunis à Monthey (sur l'ancien site des usines Giovanola) pour s'exercer aux nouvelles techniques de désincarcération et s'entraîner avec le nouveau matériel Holmatro que chaque corps a reçu l'année passée.

 

Sous la direction du Lieutenant Colonel Jean Glanzman et de son adjointe le Major Marie-Claude Ecoeur, les cinq sections ont mis en pratique le nouveau "fil rouge" en cas d'accidents qui devrait uniformiser une systématique d'intervention au niveau Valaisan. Les instructeurs Maj Pillet (classe 1), Cap Koenig (classe 2), Cap Favre (classe 3) Cap Udriot (classe 4) et Cap Dietrichs (classe 5) ont fait partager leur expérience au cours des nombreux exercices sur les voitures mises à la disposition des participants.

 

Pour le CSI de Sion, 4 pompiers (Sgt Philippe Proz, Cpl Cédric Fuochi, Cpl Stewe Ostertag et Cpl Steve Vaquin) ont pris part à ce cours 

Journée 1:

Sous un ciel pluvieux, les pompiers valaisans sont accueillis sur le site montheysan. Après une matinée dédiée à la théorie, les choses "sérieuses" débutent après la pause de midi et 2 exercices permettent de découvrir le nouveau matériel et le "fil rouge" en cas d'accidents de la route. L'abordage, ainsi que le calage sont exercés durant ce premier après-midi. En effet, ces 2 permiers aspects sont cruciaux pour la "réussite" de l'intervention. Dans un premier temps, il est primordial de sécuriser les lieux pour éviter un sur-accident et assurer la sécurité des intervenants. Après coup, une fois le dispositif de défense incendie mis en place, il est possible de s'approcher du véhicule accidenté pour le caler et commencer les opérations de désincarcération. Le dernier exercice de la journée nous a permis d'effectuer un dépavillonage du véhicule.

 

cours_desinca_2008_21.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Journée 2:

Pour bien débuter cette deuxième journée, M Hervé Salamin (prof à l'école des ambulanciers et ambulancier à Sierre), formidable orateur, nous a vanté la collaboration nécessaire et efficace entre les différentes forces d'intervention lors d'un accident: la police, les pompiers et le 144 (médecins, ambulanciers, samaritains, etc). Sous ses bonnes paroles, les pompiers sont repartis sur le terrain pour continuer à parfaire les techniques de désincarcération: pivotement du bloc moteur, césarisation latérale, dépavillonnage. Au cours de ces exercices, l'efficacité du nouveau matériel est démontrée. Les outils hydrauliques Holmatro (cisaille, écarteur, vérin, coupe-pédale) permettent l'exécution de manoeuvres très efficaces et impressionantes: rien ne résiste à la force de ces outils (renforts latéraux, charnières, longerons, etc.).

 

cours_desinca_2008_05.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une attention toute particulière est portée à la présence des airbags dans l'habitacle des véhicules. Très rares, il y a quelques années, on en compte de nos jours plus d'une dizaine au sein d'une voiture de nouvelle génération; et leur nombre ne va cesser de croître. Véritable "ange gardien" pour les passagers d'une voiture accidentée, ces airbags peuvent devenir de véritables bombes à retardement pour les intervenants. Un airbag peut sauter à tout moment. La technologie évoluant, ces airbags sont indépendants de la batterie du véhicule et peuvent entrer en action sous un choc, un mouvement du véhicule ou par les outils de désincarcération. Il est donc primordial avant chaque action avec la cisaille ou l'écarteur d'explorer l'habitacle et de dégarnir les plastiques qui cachent les dispositifs de sécurité.

cours_desinca_2008_11.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En fin de journée, les pompiers se feront "les dents" sur une voiture accidentée se trouvant sur le côté. Après découpe, tout le toit pivote pour permettre l'accès au(x) occupant(s) du véhicule. 

Journée 3:

Une théorie sur les nouveaux types de véhicules (GPLc, GNc, Hybrides,Pile à combustible) accueillera les pompiers valaisans. La suite de la matinée est dédiée à l'intervention sur des véhicules sur le toit et démontrera l'importance de caler parfaitement les véhicules. L'accès par le coffre sera nécessaire dans ces cas de figures avec ses implications: contenu du coffre, stabilité, banquette arrières, sièges, relevage des blessés etc). Pour conclure ce cours, 2 exercices d'ensemble sont organisés pour tester les connaissances et les techniques des participants. Dans chaque cas, 2 véhicules avec 2 blessés à leur bord constituent le cadre de l'exercice. Avec brio, chaque sauvetage est effecuté.

cours_desinca_2008_23.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Cap Favre concluera ce cours par une présentation sur les techniques d'interventions sur les poids lourds et les risques inhérents à ce type de véhicule. Un rapport final, ainsi qu'un apéro offert par la municipalité de Monthey mettront un terme aux festivités.

 

Un grand merci aux organisateurs de ce cours! 

Cours de cadres (24, 25 avril et 1er mai) et cours de compagnie (2 mai 2009)

Avec le retour du printemps reviennent également les cours "pompiers". En ce vendredi 25 mai, tous les cadres se retrouvent pour leur première journée d'instruction.

 

Thème de cette matinée: Les différents engins de levage / treuillage de la compagnie. Nous avons pu également inaugurer notre nouvelle "place de jeu", l'ancienne step d'Uvrier qui a été "tunnée" par la Protection Civile. Le première leçon était dédiée aux coussins de levage (8 et 0.5 bars). A suivi, un thème sur les ancrages (titan, etc.) et pour finir nous avons testé la puissance du treuil du Pourvoyeur.

 

Après le repas, tous les cadres sont prêts pour un exercice d'évacuation de l'Institut Central des Hôptiaux Valaisans (ICHV). Fréquemment de tels exercices sont organisés pour éprouver l'efficacité des plans d'urgences, tester les compétences des chargés de sécurité...  et bien évidemment, découvrir de nouveaux lieux où l'on devrait, un jour, intervenir. L'alarme est donnée; l'évacuation des 200 infirmières, chimistes, pharmaciens débutent. Les pompiers arrivent sur place et commencent à reconnaître les lieux, effectuent des sauvetages et mettent en fonction des lances pour circonscrire le sinistre. Après quelques minutes, la situation est sous contrôle: exercice réussi.

 

En ce samedi, les pompiers sédunois se déplacent à Nax pour le Cours de Cadres régional. Les pompiers des communes de Nax, de Vernamiège, de Mase et de Sion durant une journée vont s'instruire sur les thèmes suivants:

- Liaison radio

- PC Front

- Tonne-pompe

- Sanitaire

 

Pour conclure la journée, un exercice: le feu de la maison communal de Nax est mis sur pied pour tester la collaboration entre les différents corps. L'exercice se déroule sans problème et tous les pompiers se retrouvent devant un verre de l'amitié. Merci à Nax pour leur accueil.

 

En ce 1er mai, pas de fête du travail pour les pompiers sédunois. Il est 7h30 et le commandant accueille les cadres pour leur ultime journée de cours. Au programme, ce matin: un gymkana aux Casernes. La commission des chauffeurs a mis en place 3 postes pour parfaire nos connaissances sur les véhicules du CSI de Sion.

 

Poste 1 - les tonnes-pompes:

En une heure, réviser le fonctionnement des pompes; arriver à donner de la mousse; rincer correctement les conduites après l'utilisation de la mousse; utiliser les mâts d'éclairage et pour finir, monter correctement les chaînes à neige... très utiles durant cet hiver!

Poste 2 - DCH, PI, Campo

Utilisation des treuils pour remorquer une jeep ou pour assurer une charge. Utilisation du compresseur et des coussins de levage.

Poste 3 - EA, Sprinter, Toyota

Utilisation manuelle des vérins de l'EA, utilisation de la génératrice. Réussir à enclencher le différentiel, le 4x4 sur le Toyota tout en faisant un parcours d'agilité en remorquant l'échelle remorquable. Pour finir, mettre en place l'éclairage dans le Sprinter.

 

Midi approche et déjà l'excitation du traditionnel concours se fait sentir. On révise, on imagine le parcours qui va nous attendre, on se doute des questions... On pronostique les vainqueurs... On rêve du tirage parfait, du tandem de choc... Cette année, tous les compteurs repartent à zéro; toutes les équipes sont mélangées. 11 binômes vont s'affronter amicalement autour des Casernes. Le tirage des équipes a lieu... Oh la la, cette année, remporter le concours sera un vrai challenge quand on voit les équipes constituées. Pour échauffement, nous débutons avec un questionnaire: une demie-heure pour tester nos connaissances techniques, notre mémoire et notre perspicacité.

 

Ensuite chaque équipe doit effectuer un parcours comportant 6 postes. Celui-ci dure entre 12 et 16 minutes. Avant de partir, chaque coéquipier élabore une stratégie: Moi je m'occupe des noeuds... toi, si il y a une génératrice, tu la mets en fonction... Ok, moi je mets en fonction la pompe etc. Trois, deux, un, GO... l'équipe arrive au premier poste: Mettre en fonction les coussins de levage 8 et 0.5 bars. Aie aie, tout est mélangé: les tuyaux, les coussins, il faut faire attention aux branchements, aux pressions correctes. Ok, tout est en place... On court au 2ème poste: Citez les différentes purges du TP2, mettre en fonction la pompe et visez une cible au moyen de la lance de 1ère intervention. L'arrosoir tombe et libère l'équipe qui se précipite vers le TP3. A ce poste, il faut enclencher le ventilateur et trouver du matériel: Mais où est ce put... de câble pour gonfler les roues.... grrrrr!!!! Le voilà, dans la cabine! Ok, en route vers le quatrième poste: le set anti-chute. Là, nos connaissances des noeuds sont testées : un noeud de huit, un ancrage, un noeud de mule et de sauvetage... après quelques minutes de réflexion, le dispositif est mis en place. Arrivée sur le poste 5, clin d'oeil au FC Sion qui jouera dans quelques jours sa 11ème finale de Coupe Suisse, il faut viser un arbre placé à quelques mètres...Pas facile de shooter et viser avec des bottes... Pour certaines équipe, il faudra de très nombreux essais. La fin du parcours est proche: il reste encore à faire la reconnaissance d'un objectif et noter sur un tableau la situation de base, ainsi que la prise de décision et le sprint final est là... Encore quelques mètres, quelques secondes... et chaque équipe conclut son parcours.

 

Vers 17h, les pompiers sont réunis pour la proclamation des résultats. Cette année, le classement est le suivant:

 

1
Lt Alain Devaud
 -  Cpl David Vaquin
2
Cpl Steve Vaquin  
 - 
Cpl Cédric Fuochi
3
Lt Olivier Devaud
 -
Cpl Thierry Rey
4
Lt Frédéric Karlen
 - Cpl Steve Riquen
5
Cpl Stewe Ostertag  
 -
Asp Grégory Clivaz
6
Sgt Didier Morand
 - Asp Olivier Pféfferlé
7
Lt Christophe Giroud
 - Asp Nicolas Genolet
8
Lt François Donnici
 - Cpl Tony Mayor
9
Sgt François Pilloud
 - Asp Charly Broccard
10
Lt Nicolas Gauye
 - Sgt Jean-Pierre Rey
11
Sgt Jean-Côme Karlen 
 - Sgt Yves Dalfollo

 

 

A toutes les équipes un grand BRAVO!!! Et surtout, MERCI aux organisateurs pour la mise en place de ce concours.

 

Samedi 2 mai se tient le Cours de Compagnie. Particularité de la journée: présentation de la compagnie aux autorités et à la population sédunoise. En matinée, 3 leçons sont données:

- Désincarcération

- Set anti-chute et EA

- Triple protection

 

Dîner en commun au local du feu. Merci aux "anciens" pour le succulent repas qui nous a été servi. 14h arrive rapidement et toute la compagnie se prépare pour le défilé. Les camions sont encolonnés, les pompiers se placent en colonne par 4. Durant quelques minutes, on s'entraine à marcher au pas; tout est prêt, on attend le feu vert pour descendre le Grand-Pont, saluer les autorités qui nous attend à l'hôtel de ville, arrivée sur la Place de Planta. L'Harmonie entonne la mélodie et le défile débute. Sous les applaudissements du public, la compagnie, les cadets et tous ses véhicules arrivent sur la Planta. Les forces aériennes sont également invitées à prendre part à cette présentation ainsi que le SMUR est une ambulance.

 

Le commandant Philippe Morard présente aux autorités ses troupes. Le président Maurer remercie et motive les pompiers sédunois. Pour continuer l'après-midi, 4 démonstrations permettent au public de découvrir les activités des sapeurs-pompiers:

 

- Désincarcération

- Triple protection

- Sauvetage avec le set anti-chute et EA

- Cadets

 

Avec un soleil radieux, tout se déroule parfaitement. Chaque participant est content du déroulement de la journée. Un verre de l'amité concluera cette journée.

 

 

 

Cours de cadres (25 avril 2008)

Pour cette 3ème journée des cours de cadres, les pompiers ont rendez-vous à 7 h 30 au local. Après répartition des tâches et des véhicules, ils se dirigent aux Casernes de Sion pour participer à un gymkana préparé par la commission des chauffeurs. Cette matinée permet de peaufiner le concept qui sera repris le lendemain pour le Cours de compagnie.

 

Sept postes, distribués autour des casernes, permettent de découvrir certaines spécificités des véhicules du CSI:

- Les différents treuilles

- L'utilisation des pompes

- Le tableau de bord

- Les agrégats de désincarcération

- etc.

 

La fin de matinée arrive rapidement et déjà on peut lire sur certains visages des pompiers la concentration et l'excitation à l'approche du concours. Effectivement, la tradition veut que le dernier vendredi des cours de cadres soit dédiée à une petite joute sportive et amicale sur les activités des sapeurs-pompiers. Le dîner prend place à la cantine des terrains de foot de Bramois. Tout au long du repas, les pronostics vont bon train... Qui seront les nouveaux champions? Quelles questions "foireuses" auront inventées les organisateurs? Qui sera avec qui? Et si je suis avec untel, je gagne à coup sûr... Et si tu tombes avec celui-là, pas de bol... tu seras dernier... Certains révisent discrètement les différents aide-mémoires de FSSP.

 

Pour digérer, une petite partie de foot s'organise; mais celle-ci est vite arrêtée à l'appel de Joël Ambord qui annonce le début du concours. La tension est palpable lors du tirage au sort des équipes. En effet, grâce à un tirage favorable, les chances de réussite augmente et chaque participant rêve de tomber avec un officier... ou encore mieux, un instructeur... La main innoncente d'une cuisinère annonce le verdict: certains crient de joie, d'autres rient jaune, mais chaque équipe se forme et se préparent pour le questionnaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Joël Ambord et Yvan Morard distribuent un épais feuillet: le temps redouté Questionnaire. 40 questions testent les connaissances des participants sur le métier de pompier. Beaucoup de questions sont tirées de la matière traitée durant les journées d'instruction. Mais, parfois, entre 2 questions, se cache la question "piège": "quelle est le numéro de plaque du ventilateur de Sierre?" ou "Quelle est la date de fabrication de l'échelle AB?" ou encore "Quelle est la formule de la hauteur d'aspiration?". Certains soupirent... d'autres rigolent... on imagine une réponse crédible... on se remémore les anciens concours... on peste de n'avoir pas fait plus attention... on se dit que l'année prochaine, on fera plus attention... Après une demi-heure de réflexion, les copies sont rendues et les participants se préparent pour le parcours du combattant. (Le questionnaire est disponible pour les membres dans la partie téléchargement. Merci Jojo).

 

Un parcours de 5 postes va mettre en compétition les différents binômes/trinômes et tester le physique des participants.  Chaque groupe prépare leur stratégie: qui s'occupera d'allumer la pompe? qui sait utiliser tel ou tel treuil? Qui fait les ancrages? Tout le monde se doute des épreuves qui parsémeront le concours... L'une après l'autre, les équipes prennent le départ pour un parcours d'une quinzaine de minutes.

 

5, 4, 3, 2, 1, GO! crie Joël et les coureurs s'élancent en tenue feu complète.

 

Poste 1 

Ici, l'adresse et l'habileté des participants est mise à rude épreuve. Après avoir branché 2 outils aux nouveaux agrégats de désinca (en ayant choisi au préalable les bons tuyaux), il faut se saisir d'un verre en plastique rempli d'eau au moyen de la cisaille ou de l'écarteur et le verser dans un bidon. Il faut se dépêcher, le chrono tourne... mais avec la précipitation, le verre ne résiste pas à la force des engins Holmatro et il faut recommencer...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Poste 2 

Pas le temps de reprendre son souffle, le verre vidé, il faut courrir au poste 2. Là, au moyen du treuil du DCH, il faut tracter sur quelques mètres la civière du PI. Tout le monde se remémore le cours d'Olivier Devaud pour installer correctement la poulie, les sangles et mettre en action le treuil du véhicule. 

Poste 3 

La respiration devient toujours plus rapide, déjà plus de 5 minutes se sont écoulées et le poste à Jacques Karlen arrive. Fini de se précipiter, le set anti-chute entre en jeu... vaut mieux réfléchir quelques secondes avant de s'élancer. Une bonne respiration pour se calmer et il est temps de prouver que l'on est un pro des noeuds et des ancrages. L'amarrage effectué, il faut encore réussir à enfiler le harnais qui, bien entendu, se tord, s'enmêle avec la précipitation. 

 

 

Poste 4

Au feu vert de Jacques, l'équipe s'élance vers Alain Rittiner qui nous attend avec une pompe de la PCI. C'est la plus longue distance à faire au pas de course et les participants commencent à ressentir des crampes dans les jambes... Les gouttes de transpiration coule le long du nez et des joues... , le casque commence à peser une tonne sur les épaules... et ces satanés gants qui nous "em...dent". Alain motive les concurrents et attend d'eux qu'ils procèdent à une aspiration à sec au moyen d'une conduite d'aspiration. La tâche qui paraît simple lors des cours, s'avère plus difficile avec le stress... Evidemment, le raccord rentre de "travers"... la conduite d'aspiration pèse une tonne... comment boucher ce tuyau??? Finalement, le mano-vacummètre libère les pompiers en indiquant que l'aspiration est effectuée avec succès.

 

Poste 5

Pour ce dernier poste, les pompiers sont accueillis par Christophe Wuilloud qui leurs tend 4 boules de pétanque et un couvre-face "aveugle". Les yeux bandés, il faut faire preuve d'adresse pour jeter les boules au milieu d'un cercle... tout cela sous les ordres de son co-équipier: un peu plus fort.... à droite... trop fort... zut... juste à côté! Les 3 minutes écoulées... c'est le sprint final vers l'arrivée sous les encouragements des participants.

 

 Chaque équipe termine son parcours et commence à faire le bilan de la course. En tendant l'oreille, on apprend déjà quelques résultats et tendances... La dernière équipe franchit la ligne d'arrivée et l'ordre de rangement est annoncé. Tout le monde remonte au local et prend place dans la salle de conférence pour connaître les résultats du concours 2008.

 

Après les explications des organisateurs, la partie la plus attendue est enfin arrivée... roulement de tambours... Joël commence à égrainer le classement final de la Cuvée 2008:

 

1/ Didier Morand - David Vaquin - Grégory Clivaz

2/ Frédéric Karlen - Thierry Rey - Jean-Luc Fournier

3/ Steve Vaquin - Eric Vuyet

 

Bravo à toutes les équipes!

 

Les autres résultats suivront... désolé

 

La remise des prix et des challenges effectuée, tout le monde se retrouve dans la halle pour trinquer en l'honneur des vainqueurs... pour refaire le parcours et commenter les résultats!

 

Tout le monde est déjà dans les starting block pour la prochaine édition... rendez-vous en 2009

 

Un grand merci aux organisateurs!